Le guide : entretenir et nettoyer son kit

Une batterie, c'est beau, cher, fragile, précieux et tellement personnel. Plus ou moins maltraitée, elle subit les assauts de nos baguettes, notre sueur, de la poussière, l'humidité, des changements de température, des déplacements, des gigs…

Pour tirer le meilleur parti de notre kit, il est indispensable de l'entretenir comme il se doit, et on lui doit bien ça. En plus des habituels changements de peau et coups de chiffon, on conseille quand même d'opérer un bon nettoyage une à deux fois par an. Cela aidera à tirer un son optimal de l'instrument, à augmenter sa longévité et sa valeur, et à anticiper d'éventuels problèmes.

Il existe bon nombre de techniques et autres recettes de grand-mères pour nettoyer les différents éléments composants les fûts. Dans cet article, je vous propose de revenir sur les opérations courantes et simples pour maintenir sa batterie en bon état. On ne parlera ici que des fûts du kit. Il faut que ça sonne et que ça brille !

La base

Avant de penser au nettoyage, il y a quelques règles de base pour optimiser l'état de son kit au quotidien. Éviter le stockage dans des endroits humides, à forts changements de température, ou avec une exposition directe au soleil. Passer régulièrement un bon coup de chiffon pour ne pas laisser la poussière s'accumuler ou couvrir son kit d'un drap lorsque vous ne jouez pas. Et surtout le plus important : toujours transporter sa batterie en housses. Il en existe pour tous les budgets, adaptés en fonction de la fréquence des déplacements : housses souples, semi-rigides comme les dernières Tama Powerpad très résistantes, ou étuis rigides type Hardcase ou SKB. On a trop vu de rayures, pocs et chocs quand on range la batterie à la hâte avec le groupe à la fin du concert avant d'aller boire une bière.

La Checklist du matériel

Voici la liste du matériel nécessaire effectuer un bon nettoyage de son kit :

  • Matériel de base : Clé de batterie / Tournevis / Chiffons très doux type t-shirt ou chiffon microfibre / Savon de Marseille liquide / Pinceau / Cire ou paraffine ou baume pour chanfreins DrumDial.
  • Matériel Optionnel : White Spirit / Brosse à dent / Produit lave vitre / Cire auto / Produit nettoyant spécial batterie de chez Dunlop ou Music Nomad / Graisse au lithium ou Lubrifiant à base de silicone.

Étape 1 : Démontage et nettoyage de l'accastillage

Pour commencer, il faut entièrement dénuder les fûts de l'accastillage. On enlève donc les tirants, les cercles, les peaux et on dévisse toutes les coquilles. On laisse simplement le badge sur le fût.

On va ensuite essuyer et dépoussiérer les tirants un à un avec un chiffon sec. S’ils sont vraiment sales, on peut les mettre à tremper dans du White Spirit et les frotter avec une brosse à dents afin d'enlever les résidus de graisse et de poussière du filetage. Pensez à bien les sécher avec un chiffon.

Pour nettoyer les cercles et coquilles, on commence par dépoussiérer les éléments avec un chiffon pour enlever les éclats de baguettes et la poussière. Pour les coquilles, il vaut mieux utiliser un pinceau qui pourra aller dans les recoins plus facilement.

Avant nettoyage
Après nettoyage

On peut même démonter entièrement les coquilles pour nettoyer séparément les cheminées. Ensuite, une bonne solution économique (et écologique) est de dégraisser et de laver au savon de Marseille liquide dilué dans de l'eau chaude. Tremper un chiffon dans la solution et bien frotter ; ensuite prendre un chiffon doux et propre pour bien sécher les éléments.

Si l'accastillage est un peu « piqué » ou si l'on cherche plus de brillance, on peut ensuite appliquer un nettoyant/lustrant spécial chrome et frotter les taches tenaces avec une brosse à dents. Quand on utilise ce type de produits, il faut bien penser à essuyer plusieurs fois avec un chiffon propre pour enlever les résidus et éviter de laisser des traces blanches.

Le démontage de l'accastillage est également le meilleur moment pour vérifier l'état des différents éléments et voir s'il faut remplacer certaines pièces détachées comme les cercles, tirants, ou coquilles.

Une fois l'accastillage bien nettoyé, on peut passer au fût !

Étape 2: Nettoyage du fût

Les chanfreins assurent le contact entre la peau et le fût, jouant un rôle essentiel dans la transmission des vibrations et donc du son. Chose plutôt étrange, les chanfreins sont toujours sujets à accumuler la poussière et les débris de baguettes, ce qui impacte fortement notre son au final. Pour les entretenir, il faut simplement bien les essuyer avec un chiffon sec et vérifier leur état à chaque changement de peaux. On peut également y appliquer une fine couche de cire (type bougie) ou de paraffine qu'il faudra essuyer après application ; ou encore le baume pour chanfreins DrumDial qui fonctionne très bien. Cela nourrira le bois et facilitera l'accordage et la vibration de la peau.

On nettoie rarement l'intérieur du fût, mais un bon coup de chiffon peut être utile pour enlever la poussière et les éventuelles traces de salpêtre dues à un stockage dans un endroit humide. Quoi qu'il en soit, il est déconseillé d'utiliser quelconque produits ou liquides pour l'intérieur des fûts, car le bois souvent à nu et risquerait d'être endommagé.

Pour l'extérieur du fût, il y a plusieurs options quelle que soit la finition (Rhodoïde, verni, laque). On n'utilisera jamais de produits abrasifs sur le fût au risque de grosses détériorations. On commencera par passer un bon coup de chiffon doux (très doux) pour le dépoussiérer. Ensuite, on pourra laver le fût avec notre solution savon de Marseille + eau chaude ; bien, souvent, cela est amplement suffisant. Certains utilisent aussi du produit lave-vitre qui fonctionne bien et qui peut avoir des propriétés antistatiques. Enfin, pour plus de brillance, on peut appliquer une cire auto ou des nettoyants spécial batterie tels que le Drum Detailer de Music Nomad ou encore le Dunlop Drum Shell Cleaner qui ont fait leurs preuves.

Tout est beau, tout est propre, il est temps de réassembler tout ça !

Étape 3 : Remontage, serrage, graissage

Graissage au lithium

L'assemblage de tous les éléments est sans conteste le meilleur moment. À ce stade il est quand même conseillé de changer ses peaux. Des peaux neuves de qualité type Remo, Evans ou Aquarian feront la différence tant au niveau du son que de la facilité d'accordage.

On peut également lubrifier les tirants soit avec un lubrifiant en spray à base de silicone, soit avec de la graisse à base de lithium. Pour le lubrifiant (liquide), on prendra soin d'essuyer légèrement les tirants avant vissage pour éviter les coulures ; et pour la graisse d'enlever l'excédent au niveau des cheminées avec un chiffon après vissage.

Une fois tout remis en place, votre kit retrouvera une nouvelle jeunesse et il sera temps de passer à un bon accordage à l'oreille ou avec un bon accordeur type DrumDial ou l'excellent Tune-Bot !

Pour conclure, ne négligez pas le nettoyage de votre kit. Même si cela peut être long, fastidieux et pas très fun, on retrouve toujours une sensation différente et bien agréable après un bon check-up. Comme on le disait précédemment, il existe de nombreuses techniques et chacun à ses petits secrets pour bien entretenir son kit, n'hésitez pas à nous faire part des vôtres dans les commentaires.

comments powered by Disqus