Boutique à l’honneur : Le Shop

Installé depuis tout juste un an dans le quartier Valmy à Lyon, Le Shop se démarque des autres magasins de musique plus traditionnels en axant son offre sur le matériel d’occasion et en proposant plus qu’un simple point de vente.

Le magasin situé sur le quai d’Arloing abrite des guitares, des basses, des amplis et de nombreux effets d’occasion qui sont proposés à la vente mais aussi un atelier de lutherie et un d’électronique qui assurent la maintenance des différents instruments en plus de distiller des conseils éclairés aux musiciens de passage.

Comment est né le magasin ?

De la rencontre entre un bassiste collectionneur (Gilles), un guitariste qui travaillait dans la communication pour un grossiste d'instruments (Gwennaël) et un geek de matos vintage et d'électronique (Jordane).

À force d'imaginer à quoi cela pourrait ressembler, nous avons fini par tester la viabilité sur le papier. Après un an d'étude et d'évolution du projet nous nous sommes enfin lancés dans l'aventure.

Quelle est la raison qui vous pousse à proposer essentiellement du matériel d'occasion ?

En tant que musiciens et professionnels de la vente d'instruments, nous sommes pleinement conscients des vices que le marché des instruments partage avec le reste des produits de consommation : baisse du rapport qualité-prix dans le milieu et haut de gamme, fausses nouveautés vendues à grands renforts de marketing, bataille inégale entre les petits revendeurs et les mastodontes....

Une grande partie du public est déjà consciente de ces aspects et c'est pourquoi le marché de l'occasion a déjà une taille considérable, pourtant l'offre de services professionnels dans ce domaine reste relativement rare en France.

Vous travaillez avec un atelier d'électronique et un de lutherie qui assurent la réparation des instruments que vous vendez, vous pouvez me parler un peu plus de ces collaborations ?

Jordane tient l'atelier SagarrAmp, spécialisé dans les amplis à lampe et l'électronique vintage en général. Pierre est luthier et vient de chez Wild Custom. Au-delà de ses prestations de réglages, réparations et customisations, il devrait bientôt sortir toute une gamme de modèles originaux en solid body sous la marque Promeüs Guitars... qui seront sûrement visibles sur Reverb.

Ils sont tous les deux indépendants et nous partageons le loyer... comme une sorte de colocation en fait. Nous avons tous à y gagner : les clients bénéficient du rassemblement de ces activités complémentaires en un même endroit, Jordane et Pierre profitent de la visibilité du magasin et nous de leur expertise afin de présenter au mieux les instruments, amplis et effets que nous proposons au magasin.

Le Shop héberge l'association « Lugdunum Guitar Geeks » qu'est-ce qui se cache derrière ce nom ?

Lugdunum est l'ancien nom romain de Lyon. L'association a pour objectif de rassembler les guitaristes et bassistes autour de la passion du matos. Le but est d'arriver à proposer des événements variés dans le domaine : ateliers Do It Yourself, minis formations sur la chaîne du son, découverte de matos rare, masterclass, showcase... les idées ne manquent pas.

En attendant, Lugdunum Guitar Geeks tient une buvette au sein du magasin, ouverte aux mêmes horaires, proposant différentes boissons, principalement bio et en circuit court. Café, bière, jus, cola artisanal... cela permet d'offrir un cadre convivial, où des musiciens peuvent se donner rendez-vous, se rencontrer et échanger sur leur passion.

Vous êtes aux premières loges en ce qui concerne la vente de matériel d'occasion et vintage, est-ce que vous trouvez que les musiciens y reviennent ?

Plus que jamais ! Il y a un véritable engouement pour des pièces plus ou moins vieilles, dans des styles très différents en fonctions des registres musicaux et pour des critères également variables.

Les adeptes des grands noms qui ont fait l'histoire (Fender, Gibson, Gretsch, Vox, Marshall, Martin...) auront des tendances très puristes, d'autres se pencheront sur des marques plus roots, de qualité inférieure, mais qui gardent aujourd'hui toute l'empreinte de leur époque et une esthétique souvent irremplaçable (Danelectro, Harmony, Silvertone...).

La raréfaction dans les marques les plus connues pousse aussi les musicien(ne)s vers des marques japonaises ou italiennes, spécialistes des copies à moindre coût à l'époque, mais qui représentent aujourd'hui d'excellents rapports qualité-prix en comparaison des productions actuelles (Greco, Teisco, Orville, Eko...).

Bien sûr, nombreux sont ceux qui varient les plaisirs, le « syndrome d'acquisition (et accumulation) de matos » n'est pas un mythe.

Qui est le client typique du Shop ? Un vieux musicien baroudeur amoureux du matériel ancien ? Un jeune curieux de tout ?

Nous sommes heureux de rassembler un public assez varié. Il y a des collectionneurs qui accumulent et d'autres qui échangent, mais nous voyons aussi beaucoup d'amateurs et de professionnels qui se soucient juste de leur son et de la fiabilité de leurs outils. Mais c'est certain, les clients que nous voyons le plus sont ceux qui ont déjà tendance à échanger très régulièrement du matériel sur les différents sites d'annonces.

On peut aussi juste venir pour discuter matos avec vous ?

Absolument, nous sommes avant tout des musiciens passionnés. Nous sommes heureux de partager cette passion et d'accompagner au mieux les guitaristes et bassistes grâce à nos expertises respectives.

Quel est actuellement l'instrument, l'ampli ou l'effet qu'il ne faut pas louper en boutique ?

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre Reverb ?

Tout d'abord pour bénéficier de l'alliance entre un outil performant et une large communauté de musicien(ne)s. Après un an, nous sommes toujours dans une phase de lancement et nous souhaitons offrir la meilleure visibilité à nos produits.

La communauté grandit tous les jours, au début, toutes nos ventes sur Reverb étaient faites à l'étranger (US, Japon) mais nous commençons à en faire en France.

Vous avez lu certaines de nos dernières publications ?

Nous les suivons régulièrement et en partageons sur notre page Facebook. Bien sûr, ce que nous préférons, ce sont les guides techniques et les historiques sur le matos.


comments powered by Disqus