Boutique à l'honneur : BassNguitar

Depuis maintenant plusieurs années, BassNguitar propose aux amateurs de guitares, d’amplis et d’effets vintage un choix toujours plus vaste.

Depuis le lancement en 2013 de Reverb, Pierre-Marie, qui est aux commandes, a toujours eu une boutique Reverb, sur laquelle on croise régulièrement, des instruments exceptionnels. Nous avons voulu en savoir plus.

À quelle époque remonte ta passion pour le matériel de musique vintage ?

Ça correspond au moment où j’ai commencé à jouer de la guitare, à l’adolescence. Je me suis très vite intéressé au matériel et en particulier au matériel vintage, ce type d’instrument a une histoire à raconter, du cachet. C’est forcément quelque chose qui magnétise les musiciens passionnés.

Pourquoi avoir voulu passer à l'étape boutique ?

J’ai commencé à vouloir acheter et vendre des instruments alors que j’étais étudiant. J’avais, à l’époque, un budget assez limité, mais de solides connaissances du matériel vintage.

Dans ce genre de situation, c’est la passion qui l’emporte et j’ai pu transformer cela en véritable métier.

BassNguitar a une présence physique au-delà de ta présence en ligne ?

Effectivement, je travaille depuis chez moi, sur rendez-vous, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, mais c’est temporaire. Dans peu de temps, je vais passer sur un local beaucoup plus grand qui va me permettre d'offrir un véritable lieu dédié à mon activité. C’est actuellement en projet, mais ça devrait voir le jour, certainement dans le dans le nord de Paris.

Comment fais-tu pour découvrir et choisir les instruments que tu proposes ? Tes explorations te réservent parfois des surprises ?

J’achète la plupart du temps des instruments que j’ai déjà eu l’occasion de tester, même s’il existe des valeurs sûre qu’on peut acheter les yeux fermés. J’ai aussi pas mal d’instruments en dépôt vente, je peux donc choisir ce qui me semble être le mieux en terme de matériel à proposer à mes clients. Je ne suis pas un puriste d’une marque en particulier, j’aime pouvoir proposer un peu de tout.

Bien sûr le top, c’est également de pouvoir proposer des instruments qui me plaisent à moi aussi. J’aime beaucoup les guitares vintage américaines, mais également japonaises.

Au niveau surprise, une fois, je me suis déplacé pour aller voir un Twin Reverb Silverface que je voulais éventuellement acheter, au final, je me suis retrouvé dans une véritable caverne d’Ali Baba. Je suis reparti avec des vieux amplis Marshall, des Ampeg, mais aussi plusieurs guitares. J’ai également pu prendre le Twin Reverb, j’adore ces amplis, en particulier la version équipée d’une paire de haut-parleurs JBL.

Tu peux me présenter quelques modèles qui sont en vente chez toi ?

En ce moment, j’ai une Gibson ES-300 fabriquée en 1941, ce n’est pas forcément le type de modèle que je vais jouer avant la vente, mais c’est une guitare qui a une superbe histoire.

Gibson ES-300 de 1941

Elle a été importée neuve en Europe très peu de temps après sa fabrication, elle a été jouée en Belgique sous l’Occupation pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le premier propriétaire l’a gardée très longtemps avant de la vendre à un client à moi, elle est maintenant ici, prête à connaître la suite de son histoire entre d’autres mains. Elle est super bien conservée pour son âge, sa conception est également notable. Au-delà d’être une archtop, on est, avec cette guitare, au tout début de l’histoire de l’amplification. Le micro est typique des balbutiements de l’électronique appliquée aux guitares.

On peut aussi parler de ma Telecaster Bass de 1969, qui est un modèle pas commun, étant guitariste à la base, c’est forcément un instrument qui m’attire, elle est vraiment très rock’n’roll, j’adore vraiment tout sur cette basse.

J’ai également un Twin Wide Panel de 1953 qui a un son assez incroyable, parfois surprenant pour ceux qui s’attendent à retrouver le son « Twin » des années 60. C’est d’ailleurs un des tous premiers de cette série puisqu’il porte le numéro de série 0048.

Fender Twin de 1953

Quel est l’instrument le plus exceptionnel qui soit passé entre tes mains ?

J’ai un très gros penchant pour Danelectro, j’ai eu quasiment tous les modèles vintage de la marque entre les mains. À une époque, j’importais beaucoup de guitares de cette marque des États-Unis.

Danelectro Dano Pro

Il y a un modèle en particulier que je voulais. Quand j’avais 18 ans, après un job d’été, j’ai réussi à me payer une guitare, c’était une Danelectro Dano Pro, une copie moderne.

Le modèle original, fabriqué courant 1963 / 1964 n’est vraiment pas courant. J’ai mis très longtemps à réussir à en trouver une, il a fallu ensuite la vendre, c’est mon métier, mais j’ai adoré cette guitare même si c’est très loin d’être, sur le papier, la guitare la plus prestigieuse qui soit passée ici.

Si le voyage dans le temps était possible, tu irais où et pourquoi ?

J’irai au milieu des années 50, à l’usine Gibson pour voir si la Moderne existe vraiment, si elle est vraiment en production.

Qu’est-ce que t’apporte ta présence sur Reverb ?

J’ai une vraie visibilité internationale, sans ça, difficile d’atteindre un certain public de collectionneurs et de musiciens qui recherchent des instruments exceptionnels, comme du très gros Gibson Custom Shop par exemple.


comments powered by Disqus