Boutique à l’honneur : The Effect Factory

La communauté Reverb est une véritable galaxie de vendeurs, chaque boutique est une planète différente avec sa propre histoire et ses propres choix. Le monde des pédales d’effets ne déroge pas à cette règle.

Rencontre avec Jonathan et Antoine qui tiennent la boutique Effect Factory au cœur de la ville lumière : Paris. On a pu discuter pédales boutique, exclusivité mondiale et marques confidentielles.

Vous êtes spécialisés dans la vente de pédales d’effets pas forcément très connues ou bien distribuées en France. Qu’est-ce qui vous a amené à faire ce choix ?

Jonathan : J’avais du mal à trouver les pédales que je voulais en France, elles étaient mal distribuées et je me suis dit que c’était quand même bizarre qu’il n’existe pas en France de magasin spécialisé dans les effets. En Allemagne, ils avaient Effekt-Boutique, et deux trois autres magasins existaient en Europe.

Du coup, tout le projet, lorsqu’il a débuté, était axé sur la création d’un site internet pour pouvoir proposer des modèles et des marques qui n’étaient pas courants. Au début, on avait des trucs comme Dwarfcraft, Flickinger ou SolidGold Fx qui étaient des marques introuvables à l’époque en France.

On trouve pas mal de références « boutique » sur votre shop Reverb, quel est le sens de ce terme pour vous ?

Antoine : C’est vrai que parfois ce mot est utilisé à tort. Pour moi, le terme boutique, c’est vraiment une manière de fabriquer, de travailler, presque une philosophie. Ce sont des petites productions avec des composants triés et vérifiés, tout l’inverse du travail à la chaîne de certaines grandes marques qui ne testent même plus leurs pédales en fin de production.

On trouve une qualité de fabrication exemplaire, chaque élément est réfléchi, de qualité, on sent vraiment le travail à la main, c’est ce qui nous touche au travers de cette démarche. Il y a également une recherche esthétique beaucoup plus importante sur des modèles boutique, c’est une évidence.

Une sélection de pédales Wren and Cuff

Il y a de plus en plus de magasins de musique spécialisés sur un type de produit en particulier, c’est une bonne chose à votre avis ?

Jonathan : Je trouve ça vraiment bien, quand tu arrives dans ce genre de magasin, tu as en face des vendeurs vraiment qualifiés, qui connaissent le matos qu’ils vendent. Difficile, quand tu as des tonnes de références de guitares vintages, de claviers, d’effets et de micros, d’être hyper à l’aise sur tous les modèles, franchement, c’est même quasiment impossible.

Après, plus on avance et plus on s’ouvre au « boutique » en général pour le magasin, on a envie de faire rentrer des amplis, des guitares, de la câblerie. Mais on reste vraiment axé sur des petites fabrications de qualité qu’on connaît à fond et surtout, qui sonnent avec des effets !

Le showroom The Effect Factory à Paris

Vous utilisez Reverb depuis un petit bout de temps maintenant, qu’est-ce que ça vous apporte concrètement, est-ce que vous touchez un public différent ?

Jonathan : Reverb nous permet de toucher beaucoup de musiciens dans le monde entier, on rentre souvent des marques qui partent immédiatement via Reverb, en fait ça nous ouvre à une autre catégorie d’utilisateurs de pédales boutique, où qu’ils soient sur la planète, en général, ce sont des gens à la recherche de la perle rare.

Il y a même certaines marques qu’on ne vend que via Reverb, parce que ça intéresse surtout des musiciens de l’étranger et pas forcément le public français.

En tout cas, on a des marques, vraiment confidentielles mais recherchées, qui marchent très bien sur Reverb, on vend partout en Europe, et même jusqu’en Thaïlande et au Japon.

Antoine : C’est vrai que sur Reverb on va facilement vendre des pédales comme les Spaceman Effects ou les Industrialectric qui ne vont pas forcément parler à un public français, en ça, être sur Reverb c’est un gros point positif pour nous, on peut toucher à l’international.

Une pédale, une guitare ou un ampli de folie que vous avez croisé sur Reverb ?

Antoine : Facile ! Je scrute souvent les annonces sur Reverb, j’ai vu passer pas mal de belles choses, un petit combo Dumble, une Les Paul de 1959, mais j’attends le jour où passera une annonce pour un ampli Trainwreck !

Jonathan : À un moment, je collectionnais les vieilles Big Muff et c’est vrai qu’il y a souvent de belles annonces sur Reverb pour les collectionneurs. Du coup, j’ai paramétré mon alerte matériel pour avoir une notification s’il y a un truc cool qui passe, genre une Big Muff Triangle.

Vous avez de solides connaissances dans le monde de la pédale boutique, quelles sont vos marques favorites ?

Jonathan : Il y a des marques qu’on soutient depuis le début et qu’on aime beaucoup comme Alexander Pedals ou Wren and Cuff, tous leurs modèles sont vraiment excellents.

D’ailleurs, les copies de Big Muff de chez Wren and Cuff sonnent, à mon avis, mieux que les anciennes Big Muff. Tu as moins de souffle, des réglages plus précis, tout un tas de choses qui font que leurs pédales sont vraiment parfaites je trouve.

En parlant d’eux, on peut dévoiler un petit secret, rien que pour Reverb ! On travaille sur une pédale avec Wren and Cuff en édition spéciale pour The Effect Factory, ce sera une copie d’une Tone Bender MKII et à mon avis, ça va donner envie à pas mal de monde connaissant la qualité de leurs pédales, on pourra la retrouver sur notre boutique Reverb, et ça, c’est une exclusivité mondiale !

The Effect Factory Achetez maintenant

comments powered by Disqus