Tour de France : les effets de Rock’n Fun Factory

Les Bretons ne manquent jamais de ressources pour créer. C’est exactement ce que la marque Rock’n Fun Factory prouve au travers de ses effets fabriqués dans des boîtiers plus uniques les uns que les autres : ancien voltmètre, voiture miniature, alimentation de train électrique ou encore boîte de pâté de la célèbre marque Hénaff.

Pour ce nouvel épisode de notre Tour de France, nous partons en direction du Finistère pour découvrir l’atelier d’un passionné qui a transformé ce qui était un loisir en véritable petite entreprise en pleine ébullition.

Est-ce que tu peux te présenter et m’expliquer comment est né Rock’n Fun Factory ?

Olivier Furiga

Je suis Olivier Furiga, j’ai la quarantaine et je suis guitariste depuis une bonne vingtaine d’années. Comme tout bon musicien, j’aime beaucoup le matos. Que ce soient les effets, les amplis ou les guitares, ce sont toujours des choses qui vont et qui viennent chez moi. J’aime le changement.

Toute ma vie, j’ai bossé dans le commerce, dans des domaines très variés. Il y a quelques années, je me suis installé à Brest avec femme et enfants. C’est il y a trois ans que l’idée, qui germait déjà depuis un moment, s’est concrétisée. Les pédales d’effet sont un investissement important pour les musiciens.

L’idée de base était de m’en fabriquer une pour moi. Comme tout bon bricoleur dans ce domaine, j’ai commencé par me fabriquer une fuzz. J’ai pu ainsi me rendre compte de quel type de travail il s’agissait, j’avais déjà une petite expérience dans le domaine des soudures.

Pour le boîtiers, le déclic est venu lorsque je me suis posé la question : « Mais dans quoi je vais installer mon effet ? » , en bon Breton d’adoption, je me suis tourné vers la boîte Hénaff qui était parfaite pour ce que je voulais faire. Ce premier essai a plu à de nombreux musiciens autour de moi, j’ai donc persévéré et je me suis rendu compte qu’il y avait une vraie demande.

Suite à ces expérimentations, la marque Rock’n Fun Factory est véritablement née en mai 2017.

Qu’est-ce qui t’as poussé à commencer à utiliser du matériel de récupération pour créer tes effets ?

Comme je te l’expliquais avant, la boîte Hénaff est venue un peu par hasard. Mais tout ça est officialisé, nous avons signé un partenariat avec eux. Nous sommes les seuls autorisés à commercialiser nos effets installés dans des boîtes de conserve de la marque.

Pour les autres boîtiers, type commande de train électrique Jouef et autres châssis vintage, c’est vraiment l’opportunité d’en trouver et de se rendre compte qu’ils étaient parfaits pour accueillir des effets pour guitare. Les critères sont simples : le format est sympa, ça passe facilement sur un pedalboard, c’est solide à l’utilisation et il y a de la place pour fixer mon circuit, mes réglages et le reste.

Je me suis rendu compte qu’au final beaucoup de gens sont intéressés par ce genre de boîtiers et de produits vintage. La finition est très importante pour nous, on ne veut pas que ça ressemble à un bricolage maladroit, mais à un effet très professionnel : câblage propre, décors propres, des boîtiers qui supportent les coups, au final avoir un produit fini qui soit du niveau de ce que l’on peut trouver sur le marché actuellement.

Tu peux me présenter votre gamme d’effets ?

Pour le moment, nous avons sept types d’effets dans notre gamme qui est liée au thème des sept pêchés capitaux. On a la Gluttonyfuzz, la Slothreverb, la Lustbooster, la Pridedelay, une overdrive et enfin deux types de distorsions dont une hi-gain, la Wrathdisto.

On fabrique également sur-mesure pour des artistes très variés. Dernièrement, nous avons répondu à la demande d’un accordéoniste, Johann Riche, qui utilise beaucoup d’effets avec son instrument. C’est vraiment intéressant de travailler sur d’autres domaines parfois.

Quel est pour toi l’effet que tout le monde utilisera encore dans un siècle ?

La fuzz ! Ça a été le premier effet à exister et on a beau avancer dans le temps, travailler avec du numérique, inventer des effets incroyables, tout le monde revient toujours à la fuzz. C’est pour moi un effet incontournable qu’il faut absolument avoir sur son pedalboard.

 
                 

Quels sont tes prochains projets en terme d’effets, mais aussi dans d’autres domaines ?

On devrait à terme proposer deux nouveaux modèles : un chorus et certainement un flanger, mais ça reste encore à voir. En parallèle des effets, on va également bosser sur la customisation de guitares, j’ai aussi le rêve de proposer des amplis, mais l’aventure ne fait que commencer !

En tout cas, Reverb est pour nous un axe de développement important, je vois que nous sommes de plus en plus de petits fabricants à rejoindre la plateforme pour vendre en France, en Europe et dans le monde entier. Ça nous permet d’avoir une vraie visibilité et de proposer nos productions en ligne facilement.

comments powered by Disqus

Reverb Gives

Your purchases help youth music programs get the gear they need to make music.

Carbon-Offset Shipping

Your purchases also help protect forests, including trees traditionally used to make instruments.

iOS app store button
Android play store button