Les Kits de Légende : Nick Mason

Notre second épisode des Kits de légende va nous entraîner à la découverte d’un batteur de légende : Nicholas Berkeley Mason, plus connu sous le nom de Nick Mason.

Unique membre à avoir été présent depuis les débuts au sein de Pink Floyd, de The Piper At The Gates Of Dawn paru en 1967 à The Endless River paru en 2014. Nick Mason fait partie de ces batteurs immédiatement reconnaissables à leur son.

En plus d’un demi-siècle de carrière, il a accumulé les records : 15 albums studios, des stades remplis, et un album, The Dark Side Of The Moon, présent pendant 933 semaines (soit presque 18 ans) au Billboard américain. Ce dernier album est d’ailleurs le troisième album le plus vendu au monde, derrière Thriller de Michael Jackson et Back in Black d’AC/DC.

Premiers amours

Nick Mason et son premier kit

En 1959, le jeune Nicholas achète son premier kit à Londres chez Chas. E. Foote pour 7,5 £, soit environ 200 € actuels. Cette batterie générique ne porte aucun nom et Nick l’utilise au sein de son premier groupe « The Hotrods ».

Les années Premier

En rejoignant Pink Floyd au début des années 60, Nick se met à utiliser un kit Premier. Au départ, l’ensemble est assez simple : une grosse caisse de 20”x14”, deux toms de 13”x10”, et 16”x16”, le tout en finition « Champagne Sparkle ».

Par la suite, Nick Mason va passer sur un kit Premier qu’il veut ressemblant à celui d’un batteur qu’il admire : Ginger Baker du groupe Cream. Il change donc de configuration. Il installe deux grosses caisses ainsi que quatre toms et une caisse claire de 14”x5” qui complète l’ensemble.

C’est cette configuration que va utiliser le batteur de Pink Floyd jusqu’en 1977 et la tournée de l’album Animals. Nick est un batteur qui aime avoir des peaux personnalisées sur ses grosses caisses, il en aura plusieurs tout au long de sa carrière.

Les année 70 et Ludwig

C’est dès 1970 que Nick Mason décide de passer sur la marque américaine Ludwig, encore une fois, il veut s'approcher de son modèle et il choisit la même finition que celle du batteur de Cream : « Silver Sparkle ». Le kit est composé de quatre toms de 12”x9”, 13”x10”, 14”x14”, 16”x16” et de deux grosses caisses de 22”x14” et de 24”x14”. Il utilise à l’époque des cymbale Paiste qui restera sa marque préférée pour le reste de sa carrière. C’est avec cette configuration que Nick va entrer dans la légende aux côtés de Pink Floyd.

Nick Mason - Live at Pompeii

Pour le live à Pompéi, Nick Mason utilise ce fameux kit Ludwig accompagné de cymbales Paiste « Giant Beat » et d’un charley Formula 602 également fabriqué par Paiste. La caisse claire est une Ludwig LM400 qu’il va utiliser plusieurs années au sein de Pink Floyd.

En 1972, il décide de faire entièrement repeindre son kit pour le personnaliser à son goût. Il va donc utiliser en remplacement une batterie Fibes (déjà utilisée une première fois en septembre 1971) avant de récupérer son kit Ludwig.

Ce kit entièrement transparent ne plaît pas vraiment à Nick Mason. Et de son propre aveu : il est bien pour travailler les jeux de lumière, mais il sonne vraiment comme des bidons vides.

Dès que son kit Ludwig est prêt, Nick décide le réutiliser immédiatement. En 1973, il l’utilise pour la première fois sur scène. Le peintre K. Hepburn a décoré l’ensemble en reproduisant l’estampe japonaise du XIXe siècle « la Grande Vague de Kanagawa ». De part son design, ce kit devient légendaire, c’est également celui qui sera le plus utilisé sur scène de 1973 à 1977.

Pink Floyd - One Of These Days (Live At Pompeii)
La batterie « Kanagawa »

The Wall

En 1979 sort un album surnommé par certains « l’album de la fin de l’épopée Pink Floyd » : The Wall. Malheureusement, de cette époque, ne subsiste aucune photo du kit utilisé sur l’album. En effet, le studio brûlera emportant toutes les archives qui auraient pu faire le bonheur des fans du groupe.

Tout n’est pourtant pas perdu puisqu’en 2017, une partie du kit réapparaît : il s’agit d’un Ludwig Cortex Maple Custom. Selon Willie Wilson, la batterie a été achetée pour Pink Floyd en 1978 avant d’être transportée au studio Super Bear situé dans le sud de la France pour l’enregistrement de The Wall. En 1979, les fûts sont expédiés à Los Angeles pour des répétitions ainsi que pour une série de concerts. À cette époque, Willie Wilson et Nick Mason utilisent deux kits identiques à un tom près : Willie n’utilise pas de 14”x14”. Lors de cette tournée américaine de The Wall, Nick n’utilise plus qu’une seule grosse caisse, sa caisse claire est une Black Beauty de 14”x6,5”.

A Momentary Lapse Of Reason

Nous sommes en 1987, Roger Waters a quitté Pink Floyd quelques années auparavant. Le groupe repart en tournée pour la sortie de A Momentary Lapse Of Reason. La tournée est en fait une succession de plus de 197 concerts dont deux ont lieu au Château de Versailles, les 21 et 22 juin 1988.

Pour cette tournée, Nick Mason reste fidèle à Ludwig et Paiste même s’il est depuis peu endorsé par Pro-Mark. Il utilise un kit Black Custom Maple qui subira en novembre 1987 des dégâts dûs au mauvais temps. Nick revient sur scène avec ses deux grosses caisses, mais aussi un tom de 10”x8” supplémentaire, un set très complet de cymbales Paiste 2002, des rototoms et une caisse claire Black Beauty en 14”x6,5”.

Photo prise à Denver par Clive Brooks le 18 avril 1988

Direction DW

En 1993, Nick Mason change de kit, il est maintenant endorsé par la marque DW. En 1994 sort l’album Division Bell et Pink Floyd débute sa tournée. Nick va utiliser un kit DW Birdeyes Maple Custom. Sur cette tournée, Nick utilise une caisse claire DW en 14”x5,5” ainsi qu’un set de cymbales Paiste 2002.

En 2005, Pink Floyd, accompagné de Roger Waters, donne son dernier concert. Pour ce dernier show, Nick Mason utilise son kit DW Birdeays Maple Custom accompagné d’une caisse claire Ludwig Bronze Supraphonic et d’un set de cymables Paiste Signature et 2002. La ride de cette série est d’ailleurs le modèle favori de Nick Mason.

Sur une belle note

Le magasin Chas. E. Foote où Nick a acheté son premier kit

En 2012, le magasin Chas. E. Foote de Londres, où Nick Mason a acheté son tout premier kit, est en grande difficulté et annonce sa fermeture prochaine. Au dernier moment, Nick intervient et permet au magasin de rester ouvert. Depuis, Nick Mason passe parfois par ce magasin pour signer des autographes et exposer ses batteries. Au-delà d’être le batteur d’un groupe légendaire comme Pink Floyd, Nick Mason a prouvé qu’il était avant tout un amoureux de la musique.

En 2013, Nick ressort une partie de son kit Ludwig Black Custom pour enregistrer des parties batterie avec Alan Parsons pour SonicReality.


Un grand merci à Janssy pour son aide apportée à la préparation de cet article. Il est un grand admirateur et collectionneur du matériel de Nick Mason avec qui il a eu la chance d’échanger de nombreuses fois. Janssy anime la page Nick Mason Gear sur laquelle vous pouvez retrouver des informations détaillées sur le matériel du batteur de Pink Floyd.

Janssy en compagnie de Nick Mason

comments powered by Disqus

Reverb Gives

Your purchases help youth music programs get the gear they need to make music.

Carbon-Offset Shipping

Your purchases also help protect forests, including trees traditionally used to make instruments.

iOS app store button
Android play store button