La malle aux trésors : les guitares de légende de Matthieu Lucas

Dans le monde des collectionneurs de guitares, Matthieu Lucas fait plutôt figure de jeune du haut de ses 23 ans. Tout juste rentré des États-Unis, les bras chargés de guitares plus incroyables les unes que les autres, nous avons rencontré Matthieu à Paris chez Guitars Addicts.

Matthieu commence sa quête en achetant sa première guitare vintage, une Gibson Melody Maker de 1960, il a eu ensuite dans les mains plusieurs guitares de Jimi Hendrix comme la Fender Jazzmaster que lui avait offert Little Richard pour ses premières apparitions à la télévision.

Jimi Hendrix et sa Jazzmaster

Matthieu et la Jazzmaster de Hendrix

Pour lui, sa passion est comme une véritable aventure. On vient de lui proposer une Esquire ayant appartenu à Joe Strummer des Clash mais pour le moment, son esprit est focalisé sur un trésor plus incroyable encore, la Fender Telecaster ayant appartenu à Jeff Buckley.

Nul besoin de porter des gants en soie pour manipuler ses trésors, Matthieu est de cette nouvelle génération de collectionneurs qui veulent transmettre leur passion que ce soit sur les réseaux sociaux ou lors de rencontres et d’essais. Pour lui, ne pas jouer une guitare et la laisser derrière une vitrine, c’est une aberration.

On a quand même essayé de ne pas faire de pocs dans ses guitares pour faire les photos.

Trêve de longs discours, ouvrons la malle aux trésors avec Matthieu comme guide pour ce premier épisode en immersion dans sa collection de rêves.

Gibson Skylark

Joe Bonamassa - Modèle unique

C’est une guitare qui a été pensée par un ingénieur pour Joe Bonamassa, elle est clairement inspirée par la Gibson Skylark, la grosse différence réside dans le fait qu’il est possible d’en jouer autrement qu’à l’horizontale. Joe voulait vraiment une guitare slide mais il voulait également pouvoir phraser avec. Toutes les parties slide jouées par Joe Bonamassa depuis 2007 l’ont été sur cette guitare. On peut l’entendre dans le premier live de Joe Bonamassa Live From Nowhere in Particular ou sur Burning Hell.

Je viens de la ramener de Nashville, Joe m’avait envoyé un message pour me dire qu’il venait de la mettre en vente, j’ai sauté sur l’occasion.

C’est un design unique, il n’y a même pas de numéro de série, il est juste inscrit prototype sur la tête, c’est le seul modèle existant au monde. Le corps est entièrement en korina. Pour fabriquer cet instrument, Gibson a même recruté un ingénieur spécialisé dans les lap-steels.


Fender Stratocaster - 1963

Gary Moore - n° L21725

L’histoire de cette guitare est assez incroyable, elle appartenait à la base à Claude Nobs, le fondateur du Montreux Jazz Festival. Gary Moore y jouait très souvent, un jour Claude Nobs a décidé de lui offrir une guitare. Il avait un vieille Stratocaster de 1963 qu’il n’avait pas joué depuis plus de vingt ans, il l’a donc offerte à Gary.

Elle était dans un sale état, Gary Moore l’a poncée pour obtenir une finition naturelle et il a changé l’électronique, en particulier les micros qu’il a bobiné lui-même à partir d’aimant Kinman. C’est sa Strat n°2 après sa fameuse Fiesta Red, on peut la voir en live avec lui début des années 2000 en particulier sur le concert Blues For Jimi en hommage à Hendrix.

J’ai eu cette guitare aux enchères à Londres en juillet 2016, je l’adore. J’ai même la sangle d'origine DiMarzio de Gary Moore.


Fender Stratocaster - 1961

Guitare d'employé - n° 60754

Ça, c’est ma guitare, ma Strat. J’ai passé plus de quatre ans à la trouver, j’ai dû en essayer des dizaines d’autres avant de me dire, ok c’est la mienne elle sonne exactement comme dans mes rêves. Un de mes premières guitares vintage était une Fender Stratocaster de 1961, elle était géniale mais je l’ai vendue. Quand j’ai appris qu’un magasin de New York en vendait une de 1961, je n’ai pas hésité et j’ai bien fait.

C’est un modèle vraiment unique qui possède un manche flammé, à l’époque chez Fender ce genre de bois était mis au rebut, c’était considéré comme un défaut dans le cahier des charges. C’est ce qui me fait me dire que si cette Stratocaster est arrivée jusqu’ici, 56 ans plus tard, c’est que c’est certainement une guitare fabriquée par un employé de chez Fender pour son propre usage et qu’il a voulu avoir un manche avec un bois flammé. Je ne connais pas l’origine exacte de cet instrument mais je sais qu’il a été acheté par un magasin directement à la famille du propriétaire d'origine en Californie. Encore un indice pour étayer ma théorie ? Peut-être !

Matthieu est vraiment un passionné et chez Reverb on adore ça, vous allez donc pouvoir retrouver régulièrement des articles sur sa collection et l’histoire qui entoure ses plus belles guitares, pour ne plus rien rater abonnez-vous à la newsletter Reverb.

La Boutique de Matthieu Lucas Découvrez maintenant
comments powered by Disqus