Comment obtenir le meilleur de votre pédale d’EQ

Dans un monde rempli de pédales d’effets capables de créer tous les sons imaginables les pédales d’EQ (ou d’égalisation) sont parfois laissées un peu de côté. On les utilise souvent uniquement pour booster un son de guitare ou de basse. De nombreux guitaristes ne voient dans cet effet que le côté utilitaire.

Les pédales d’EQ ont pourtant toute leur place sur les pedalboards et peuvent servir à bien plus qu’à gérer vos graves ou vos aigus. Les EQ peuvent facilement sculpter à votre envie un signal audio.

Aujourd’hui nous allons essayer de voir quelles fonctions cachées peuvent cacher les pédales d’EQ. Voici une liste non-exhaustive sans aucune prétention d'expert en électronique, mais qui devrait vous aider à travailler votre son avec une approche à la fois nouvelle et différente.

Qu’est-ce qu’un EQ ?

L’égalisation, mot souvent confondu avec l’anglais equalisation est une notion avec laquelle la plupart des musiciens sont à l’aise, la première expérience avec cette fonction est souvent liée à l’utilisation de leur amplificateur et des réglages d’égalisation (EQ) qu’il offre. L’égalisation permet d’ajuster les fréquences reproduites par un signal électrique provenant d’une guitare, d’un synthétiseur ou tout simplement d’un générateur de signal.

Dans le monde des EQ il existe des versions simples comme la Earthquaker Devices Tone Job ou des formats comme la MXR M108 qui offrent un égaliseur graphique 10 bandes. Quoi qu’il en soit, la fonction offerte reste la même, pouvoir régler les fréquences aiguës, médiums et basses du signal.

Les effets d’égalisation incontournables

Deux des effets d’EQ les plus connus sont l’effet « téléphone » et l’effet des médiums creusés.

L’effet téléphone, comme son nom l’indique transforme une voix ou un son de guitare en un son qui sortirait d’un combiné de téléphone ancien ou d’une vieille radio. Julian Casablancas utilise sur sa voix cet effet sur les premiers albums des Strokes.

Le creusement des médiums offre un son dans lequel les fréquences médiums sont absentes au profit des fréquences graves et aiguës, certains guitaristes de métal comme Slayer utilisent souvent ce type d’effet.

Un son auto-oscillant

C’est ici un exemple extrême d’utilisation de l’égalisation. Cette astuce a été découverte grâce à Kyle Grossen (aka Insergent) qui l’a lui-même appris de la communauté musicale drone. Il est possible d’obtenir ce genre de son grâce à l’effet larsen. Il faut alors utiliser un câble pour réinjecter le signal de sortie dans la pédale d’EQ et créer ainsi un larsen assez impressionnant et imprévisible qui réagit aux réglages des différentes bandes de fréquence.

Balayage de fréquence

Il est possible de créer un filtre à balayage de fréquence avec une pédale d’EQ, il est préférable d’utiliser un effet équipé de potentiomètres rotatifs plutôt que de mini faders.

Les DJ utilisent souvent des EQ à bandes comme filtres, ayant les mains libres il est facile pour eux de jouer directement avec les boutons de réglage. Pour un guitariste ou un claviériste, c’est une opération plus délicate à effectuer en plein jeu sur le manche ou les touches du clavier. Il serait intéressant pour eux de pouvoir programmer des boucles rythmiques ou mélodiques pour leur permettre de travailler avec leurs EQ directement sur leur son.

Il est plus simple d’effectuer des balayages de fréquences lors du processus d’enregistrement surtout si la piste guitare ou synthé est enregistrée sur une cassette qui est ensuite reprise sous Ableton Live ou tout autre interface d’enregistrement. Parfois, balayer les fréquences permet de déceler des problèmes dans un mix, de les minimiser ou même de les éliminer entièrement.

Altérer le son d’une distorsion ou d’une fuzz

Jouer sur le son d’une fuzz ou d’une distorsion est une pratique très courante. David Gilmour du groupe Pink Floyd ou J. Mascis de Dinosaur Jr ont souvent combiné ces effets ensembles. Des pédales comme la Electro-Harmonix Graphic Fuzz ou la MXR Super Badass Distortion offrent même un EQ intégré qui permet aux musiciens de sculpter directement leur son de fuzz ou de distorsion.

Utiliser un EQ et une fuzz/distorsion permet d’explorer des territoires sonores insoupçonnés, du grunge de Mudhoney au son de Kevin Shield de My Bloody Valentine ou encore les effets de creusement des médiums beaucoup utilisés dans le métal.

Utiliser des pédales d’EQ et de distorsion en combinaison avec des synthétiseurs permet de créer des sonorités très intéressantes comme celles qu’on peut retrouver sur les albums de Boards of Canada ou de Nine Inch Nails.

Utiliser des fuzz ou des distorsions anciennes avec des synthétiseurs peut apporter quelques problèmes comme des bruits ou des pertes de volumes, ce n’est pas le cas avec le matériel neuf qui est souvent étudié pour recevoir de nombreux instruments différents en entrée.

Tremolo et vibrato

Cet effet d’EQ est limité à une seule pédale : la Source Audio’s Programmable EQ. La pédale permet aux utilisateurs d'enregistrer quatre préréglages et la fonction Auto-Scroll permet de faire varier ces quatre réglages à une vitesse ajustable créant un effet proche du tremolo et du vibrato.

Si vous cherchez une pédale d’EQ qui est capable de se transformer en tremolo, vibrato et même en un oscillateur basse fréquence, la Source Audio Programmable EQ est certainement celle qu’il vous faut.


comments powered by Disqus