John Lennon et la guitare qu’il n’a jouée qu’une seule fois

La Beatlemania était à son apogée lors de Noël 1964. Cette année-là, les Beatles se produisent du soir du réveillon de Noël aux premières semaines de janvier dans un théâtre de l’ouest de Londres. Paul jouait sur sa basse Höfner, Ringo sur un kit Ludwig, George sur une Rickenbacker 12 cordes, une Gretsch Country Gentleman ainsi qu'une Tennessean, John utilisait lui une Rickenbacker 325.

Jusqu’à ce que, au comble de l'excitation, John fasse tomber sa Rickenbacker de la scène du Hammersmith Odeon.

Lennon jouant sur sa Rickenbacker 325 pendant l'émission d'Ed Sullivan en 1965.

Ayant peur pour sa guitare, John essaye de la jouer et la tourne dans tous les sens. Ne voyant rien d’alarmant, il est rassuré et décide de l’utiliser.

Mais lorsqu’il joue sur sa guitare le soir même, il découvre que plus il l’utilise et plus elle se désaccorde. Entre les morceaux il regarde de plus près sa guitare, il s'aperçoit enfin, horrifié, qu’une fissure parcourt son instrument au niveau du sillet de tête. Que faire ? Rose-Morris arrive alors à la rescousse.

John Lennon a joué sur plusieurs modèles de Rickenbacker 325 depuis les débuts du groupe, c’est d’ailleurs pratiquement le seul modèle de guitare qu’il utilise. Il dira lors d’une interview à l’époque : « C’est la plus belle des guitares ».

John acheta la première lors d’une visite à Hambourg en Allemagne en 1960. Lors de son voyage aux États-Unis en 1964, Rickenbacker lui offre une nouvelle guitare en cadeau après que John ait fait subir un vol plané à son autre 325.

Pendant ce temps, le distributeur britannique d’instruments Rose-Morris avait contacté l’agence anglaise Rickenbacker pour commander six versions différentes de plusieurs modèles.

Certaines de ces guitares étaient différentes des modèles américains : les ouïes reprenaient la forme du f traditionnel au lieu de la forme « slash » typique de la marque. Rose-Morris renomma ces modèles en utilisant un obscur système de numérotation : la version anglaise de la 330-12 devient la 1993 chez Rose-Morris et la 325 porte bientôt le nom de 1996. Les deux instruments possèdent des ouïes en f.

Il n’est pas difficile d’imaginer que c’est à Malcom « Mal » Evans, le roadie et homme à tout faire de confiance des Beatles, que fut confiée la tâche d’aider John à se sortir de ses ennuis. C’est certainement Mal qui alla directement dans le nord de Londres au QG de Rose-Morris pour récupérer une Rickenbacker afin de pouvoir assurer le concert du lendemain au Hammersmith, le tout en taxi au milieu des bouchons londoniens.

Publicité Rose-Morris vintage

Rose-Morris était très heureux de pouvoir fournir l’une de ses versions « British » 1996 de la version à manche court de la 325 dans une finition Fireglo Red Sunburst au lieu de la couleur noire que John préférait. C’est certainement Mal qui répara alors la 325 fendue.

John n’eut pas à utiliser la Rickenbacker 1996 de Rose-Morris pendant longtemps. Sa 325 fut bientôt réparée et jouable juste à temps pour les sessions d’enregistrement à Abbey Road.

Rose-Morris avait entre temps profité de l’occasion pour faire de la promotion. L’entreprise avait déjà exploité le filon que présentait le lien entre Rickenbacker et les Beatles en soulignant le fait que John jouait sur une 325 et que George utilisait souvent une 360/12. L’une des publicités de Rose-Morris disait : « Écoutez les membres des Beatles John et George… C’est le super son Rickenbacker ».

Après l’incident de Hammersmith, Rose-Morris fit un choix évident et intéressé : l’entreprise créa rapidement une publicité dans le magazine Beat Instrumental Monthly mettant en scène John Lennon et le modèle 1996.

Publicité Rose-Morris vintage

« Rickenbacker The Beatle Backer » (Rickenbacker le sponsor des Beatles) Peut-on lire sur la publicité qui intègre une photo de la Rickenbacker et d’un John un peu maussade.

De façon un peu culottée, Rose-Morris indique : « C’est la fameuse guitare Rickenbacker 1996 utilisée par John Lennon des Beatles. Depuis un long moment John et sa Rickenbacker sont inséparables, pourquoi ne pas en essayer une dans votre magasin de musique ? »

Oui d'accord, John a utilisé cette guitare, pendant une ou deux heures… Lui et sa Rickenbacker sont inséparables, ou plutôt ses Rickenbacker 325.

Après les concerts de Noël John rapporte la 1996 chez lui et la laisse dans un coin, hors de sa vue et de son esprit. Il la donnera plus tard à Ringo, très certainement en 1968. Il y a quelques années, Ringo a vendu du matériel aux enchères dont cette fameuse Rickenbacker.

Si Rose-Morris avait facturé la guitare offerte à John, ce dernier aurait eu à débourser la coquette somme de 159 guinées. L’équivalent de 166 livres sterlings et 19 shillings, soit plus de 3 000 € actuels.

Cette guitare s’est vendue pour plus de 750 000 € lors de la vente aux enchères du matériel de Ringo. Pas mal pour un cadeau de Noël un peu raté.

À propos de l’auteur Tony Bacon écrit à propos des instruments de musique, des musiciens et de la musique. Il est le co-fondateur de Backbeat UK et de Jawbone Press. Il a écrit des livres comme The Ultimate Guitar Book, Electric Guitars: The Illustrated Encyclopedia, et The Fender Electric Guitar Book. Tony vit à Bristol en Angleterre. Plus d’infos sur tonybacon.co.uk.


comments powered by Disqus