L'histoire vraie de la Gibson de Retour vers le futur

Chez Reverb, on a voulu en savoir plus sur la guitare utilisée par Marty pour sa reprise de « Johnny B. Goode » dans la scène du bal du lycée.

Dans cette scène bien connue, Michael J. Fox joue sur une guitare qui n'existe pas en 1955 : une Gibson ES-345 TDC en finition cherry red équipée d'un Bigsby, un modèle disponible à partir de 1959 d'après le « Vintage guitar price guide. » Comment ce détail a-t-il pu échapper à l'équipe du film sur une séquence aussi importante ?

Norman Harris, patron du légendaire magasin « Norm's rare guitars » est la personne qui a loué la guitare à la production du film, il nous a permis de comprendre comment cette guitare s'est retrouvée au milieu des années 50.

En 1984, Harris reçoit un coup de fil de la Warner Bros par rapport à un film qui doit se dérouler en 1955. D'après Harris, « Ils voulaient une guitare légèrement futuriste, je leur ai suggéré une Gibson ES-5 Switchmaster avec des P-90, ce qui aurait été historiquement juste. C'est d’ailleurs ce modèle qu'ils avaient loué à la base. »

À l'époque, la guitare valait 2 100 $ (1 975 €), elle était en excellent état et l'accessoiriste était bien content de pouvoir la louer pour 300 $ (282 €) par semaine se souvient Harris. Ils devaient la garder pour une à deux semaines, mais au final, ils la garderont neuf semaines, sans la sortir de sa housse. Harris leur suggère d'acheter la guitare pour éviter les frais, mais l’accessoiriste lui répond qu'il n'y a pas de problème, que le budget du film est conséquent.

Et ils ont changé d'avis.

Le directeur artistique (Todd Hallowell) voulait quelque chose de différent, quelque chose de rouge avec un vibrato. « Je leur ai dit qu'aucun modèle ne pourrait coller, historiquement, avec l'année choisie dans le film. Mais le directeur artistique préféra se renseigner sur ce que j'avais en stock. »

Harris présenta de nombreuses guitares : une Gretsch 6120, une Gretsch Red Jet et une Gibson ES-345 TDC du début des années 60, équipée d'un Bigsby, qui n'existait pas en 1955 et pas avant les trois années suivantes. « C'est peut-être parce que c'était un film de science-fiction avec pour sujet le voyage dans le temps, qu'ils ne se sont pas arrêtés à ça. » Ajoute Harris. Comme ils disent à Hollywood : la vérité n'est pas une excuse pour en faire une mauvaise histoire.

La décision prise, la 345 reste inutilisée pendant des semaines, coûtant de plus en plus cher à la production qui n'avait pas l'air de s'en faire. « Ils auraient pu acheter cette guitare plusieurs fois s'ils avaient voulu, mais ça n'a jamais inquiété un seul membre de la production. Un point positif de louer du matériel à Hollywood ? Finir avec les poches pleines de billets ! » Plusieurs semaines après la fin du tournage, alors que la guitare est de retour, Harris reçoit un coup de fil du studio, ils ont encore besoin de la 345 pour des plans additionnels. Ils la garde pour trois semaines de plus.

Des années plus tard, le studio recontacte Harris pour louer, à nouveau, la guitare afin de filmer une suite. « Ils étaient maintenant mariés à la guitare, en fait, elle était devenue une pièce importante du film, reconnaissable par les fans de ce blockbuster, pourtant filmé avec une guitare historiquement incorrecte. »

Article en lien



À côté de l'importance de cette guitare pour le film, Harris ne se souvient plus comment il l'a acquise, se souvenant seulement qu'elle avait appartenu à un musicien voyageur qu'il rencontrait souvent dans des salons. « J'ai acheté beaucoup de guitares de cette façon. »

Au-delà de cette histoire de 345, Harris a travaillé sur d'autres films comme conseiller historique en guitares. Il a sélectionné les instruments qu'on peut voir à l'écran dans le film « En route pour la gloire », le biopic fiction sur la vie de Woody Guthrie sorti en 1976.

« Même dans The Buddy Holly Story, la Stratocaster utilsée par Gary Busey possède une tête de Strat' de 1970 ! » ajoute Harris. « Les producteurs pensaient que personne ne remarquerait, personne ne connaît les guitares aussi bien que ça. Pourtant, ils n'auraient pas mis une voiture de 1979 dans un film sensé se dérouler en 1955 ! »

Sous-titres en français disponibles pour la vidéo, cliquez sur « sous-titres »

Merci à Norman Harris pour cette histoire. Norman possède et gère son magasin basé à Los Angeles : Norm's Rare Guitars. Il a publié un livre en 2016, sur l'histoire de plusieurs guitares, dont cette Gibson 345.

Guitares électriques Gibson Acheter maintenant

comments powered by Disqus