L’âge d’or de l’Ampeg B-15 : 1960 - 1980

En 1960, l’entreprise Ampeg introduit sur le marché son premier amplificateur destiné à la guitare basse : le B-15. Conçu en 1958 par la légende Jess Oliver (aussi connu pour être le premier à avoir installé une reverb dans un ampli guitare), le B-15 est né en même temps que l’industrie musicale moderne. Comme la plupart des machines à coudre fabriquées à l’époque le B-15 pouvait être rangé à l’intérieur de lui-même, les musiciens pouvaient ainsi le transporter de concert en concert, ressortant la tête de l’ampli lorsqu’ils en avaient besoin. De ses débuts sur la scène du Manhattan Bass Club à son utilisation dans tous les plus grands studios du monde, le B-15 est devenu un ampli mythique et irremplaçable.

De nombreux bassistes de tous les genres et de toutes les époques ont utilisé le son si particulier offert par le B-15 sur les enregistrements les plus marquants de l’histoire de l’enregistrement. Rick Danko utilisa un B-15 avec le groupe The Band. Les studios de la Motown proposaient également des amplis Ampeg B-15, le bassiste James Jamerson en utilisa sur toutes ses performances live mais également sur la plupart de ses enregistrements en dehors de la Motown à Los Angeles. Eddie Kramer s’en souvient, John Paul Jones apportait son B-15 pendant les enregistrements de Led Zeppelin. Même Jimi Hendrix avait l’habitude de se brancher dans un ou deux B-15 comme lors de son passage à la télévision sur The Dick Cavett Show.

Jimi Hendrix joue au The Dick Cavett Show

L’évolution du B-15 est vraiment fascinante. Chaque B-15 que j’ai eu l’occasion de rencontrer possédait un mojo indéniable, il est pourtant rare de trouver deux B-15 qui sonnent exactement de la même manière. Cet article va examiner ces différences de manière chronologique pour vous aider à mieux comprendre ce que vous pouvez tirer de ce Portaflex poussiéreux qui traîne dans un coin. Même s’il est assez simple de découvrir une année de fabrication pour en ampli en se référant à son numéro de série, vous allez voir que tout n’est pas si simple pour les amplis Ampeg.

B-15

Le Portaflex B-15 a été mis sur le marché en 1960 pour 355 $. Destiné à la base aux bassistes utilisant des basses acoustiques, ce premier modèle offrait des options destinées aux joueurs de contrebasse. Ces B-15 sont facilement reconnaissables à leur tolex couleur Navy, l’interrupteur de marche, le circuit de tonalité partagé et le logo en plexiglas illuminé.

Au tout début, le B-15 utilisait trois doubles triodes 6SL7 au niveau de l’étage de préamplification et une paire de 6L6GC équipait l’étage de sortie. Le premier circuit utilisait un tube redresseur 5U4GB et même s’il a beaucoup changé d’un point de vue esthétique, la seule modification que Jess Oliver apporta au circuit fut le circuit de redressement. L’étage de sortie des premiers B-15 possédait une polarisation par la cathode et offrait une puissance de sortie de 25 watts.

Ampeg B-15

À cette époque, les deux canaux possédaient des réglages de volume indépendants mais partageaient le même circuit d'égalisation. Utilisant le circuit de contrôle de totalité Baxandall, les réglages de basses et d’aigus était situés entre la seconde et la troisième 6SL7. Le premier B-15 était équipé de trois prises jacks, une pour chaque canal, la dernière offrant une entrée « stéréo » permettant d’envoyer le signal dans les deux canaux en même temps.

Les premiers B-15 étaient souvent accompagnés d’un haut-parleur Jensen P15N installé dans le double baffle brillamment développé par Jess Oliver. Le design original reposait sur deux baffles séparés d’un centimètre l’un de l’autre. C’est sur le baffle interne que venait se fixer le haut-parleur qui était lui-même fixé dans le baffle externe. Huit évents perçaient le baffle interne, permettant aux ondes créées par le haut-parleur de se rencontrer complètement en phase.

Brevet du Ampeg B-15
James Jamerson

Cette première version du B-15 ne fut produite que pendant environ huit mois avant d’être mise à jour et de se voir accompagner d’une autre version de l’ampli plus petite, le B-12N. Ce B-15 mis à jour prit le nom de B-15N. Le « N » signifiant « Nouveau ».

James Jamerson fut l’un des premiers utilisateurs de cet ampli même si la plupart des enregistrements de la Motown étaient réalisés à l’aide de DI.

B-15N

Le B-15N utilisait le même type de tolex. La principale différence résidait dans l’utilisation de deux canaux séparés ayant chacun leur EQ deux bandes ainsi qu’une nouvelle de contre-réaction sur le premier canal. Ce B-15 revu et corrigé deviendra la pierre d’angle du reste de la ligne des amplis Ampeg B-15.

Quelques mois plus tard, en 1961, le B-15 reçoit deux modifications importantes avant le changement du numéro de modèle. Le logo en plexiglas illuminé, qui restera en place jusqu’en 1968 et ses barres d’inclinaison qui seront retirées dès 1964.

B-15NB

À partir de 1962, le B-15 est modifié en profondeur. Le tolex devient bleu jusqu’en 1968. Le tube redresseur est également remplacé par des diodes au silicium. L’ajout de ce composant fait monter la tension anodique et dispense de l’utilisation d’une tension d’alimentation de 5V pour le filament du tube redresseur. Ampeg améliore également l’étage de filtrage, ce changement ne sera appliqué que jusqu’en 1964 avant le retour à l’utilisation d’un tube redresseur.

C’est à ce moment-là que Jess Oliver choisi d’utiliser une prise XLR à 4 broches pour remplacer la prise octal utilisée alors pour brancher le haut-parleur à l’ampli. Cette prise servait de sécurité aux musiciens, empêchant l’ampli de fonctionner si aucun baffle n’était branché à celui-ci. Vous pouvez savoir que vous avez une B-15NB devant vous si il est équipé de cette fameuse prise XLR à 4 broches.

B-15NC

Le B-15NC utilise un circuit imprimé et réintroduit l’utilisation d’un tube redresseur. À la fin de l’année 1964, le B-15NB retrouve son tube redresseur et un transformateur d’alimentation adapté, il est rebaptisé B-15NC. Au lieu de revenir sur un tube 5U4GB utilisé dans le premier B-15 c’est une 5AR4 qui est utilisée, celui-ci offre une chute de tension moins importante et un sag plus modéré. Le 5AR4 est également moins gourmand en courant, faisant moins chauffer le transformateur d’alimentation. Ampeg décida de revenir au condensateur d’alimentation 20/20/40/40μF utilisé dans le B-15N.

Ampeg B-15NC

Le B-15NC fut le premier des amplis Ampeg à utiliser un circuit imprimé, permettant d’augmenter drastiquement la cadence de production. C’est au même moment qu’Ampeg décide de ne plus câbler ses EQ derrière les potentiomètres mais d’utiliser à la place des circuits intégrés. Ces circuits étaient très populaires dans les systèmes audio et de télévision de l’époque, difficile de dire si Ampeg a fait fabriqué spécialement ces circuits ou s'ils étaient disponibles sur le marché.

Cette nouvelle version du B-15 offrait une puissance de sortie de 25W. Les premiers B-15NC utilisaient des haut-parleurs C15N, mais à partir de 1965 Ampeg utilise des haut-parleurs CTS de 15 pouces équipés d’un gros aimant carré. Les haut-parleurs CTS sont bien plus solides que les Jensen et offre une réponse en fréquence dans les basses plus solide.

Ampeg B-15NC

Durant l’année 1963, Ampeg propose également, sur commande spéciale, des haut-parleurs JBL D-130F pour ses B-15, le modèle prend alors le nom de B-15NL. Comme vous pouvez vous en douter ces modèles d’amplis sont très rares.

À la même époque, Ampeg introduit le B-18N, un monstre utilisé par Roger Waters. Équipé d’un haut-parleur de 18 pouces et d’un circuit complétement différent. On retrouve une paire de tubes de puissance 7027A qui délivrent une puissance de 50W. Les tubes de préampli sont des 6SL7 et un 7199 est utilisé en déphaseur. Les premiers modèles utilisaient des redresseurs à diodes au silicium, les derniers un tube redresseur 5AR4. C’est cet ampli qui a été enregistré sur l’album The Wall en 1979 avec Pink Floyd. Roger Waters utilisa également un Bassman 50 sur la plupart des enregistrements.

B-15NF

Au milieu de l’année 1965, Ampeg décide de passer sur un baffle plus classique et l’utilisation d’un bias fixe pour l’étage de puissance. Ce changement permis d’offrir un son plus ferme et plus précis, mais certains considèrent que c’est au détriment du sustain et de la dynamique. Le bias fixe nécessite également un réglage à chaque changement de tubes de puissance.

Ampeg B-15NF

Les amplis polarisés par la cathode sont moins performants. Par exemple, un Bassman utilisant des 6L6 polarisées par la cathode permettent d’offrir une puissance d’environ 25 watts, le même circuit avec un bias fixe offrirait 40 watts. Cette nouvelle version du B-15 offre dorénavant 30 watts au lieu des 25 de ses prédécesseurs.

Jetez un œil à cette image de Howlin’ Wolf et son bassiste plus connu sous le nom de « Blueblood » McMahon. Vous pouvez voir un superbe B-15NF juste à côté de Wolf.

Howlin’ Wolf

B15-NC, B-15ND

À la même époque, Ampeg introduit le B-15NC et le B-15ND afin de répondre à la demande des bassistes qui cherchent à obtenir plus de puissance.

Le NC et le ND reprennent des caractéristiques du B-18, des tubes 7027A en puissance pour obtenir 50 watts de puissance. Le NC est accompagné d’un baffle vertical équipé de deux haut-parleurs CTS de 15 pouces.

Ampeg B15-NC
Ampeg B-15ND

Le ND est équipé d’un haut-parleur de 15 pouces monté dans un baffle Portaflex et d’un baffle supplémentaire. On retrouve parfois des haut-parleurs Altec dans ces baffles, mais c’était la plupart du temps des modèles fabriqués par CTS.

1968

Les derniers changements apportés au B-15 le furent en 1968. L’esthétique est différente, le logo en plexiglas a disparu tout comme le tolex bleu.

Au niveau du circuit, un deuxième jack d’entrée est ajouté. Des switchs « Ultra High » et « Ultra Low » sont également ajoutés sur chaque canaux. Ils fonctionnent comme sur les EQ Pultec et réduisent certaines fréquences autour d’une fréquence donnée. Le Ultra Low est centré sur 160Hz, le Ultra High sur 8kHz.

En 1973 Ampeg décide d’utiliser des haut-parleurs Eminence à la place des CTS. Autre changement : l’interrupteur de standby est placé à l’arrière de l’ampli.

La dernière modification du B-15 intervient en 1975 lorsque Ampeg décide d’utiliser un cordon d'alimentation relié à la terre, rendant le switch de polarité inutile. Le B-15N survivra jusqu’en 1980 lorsque Ampeg décide de se concentrer sur ses série SVT et V-4B. Le B-15 sera finalement ressuscité sous le nom de B-15N en 1986, le B-15T (une version transistor de 100 W) en 1988 et le B-15R (tout lampe, 100 W) en 1997.


comments powered by Disqus