Comment choisir la bonne alimentation pour ses effets ?

Vous vous êtes déjà arraché les cheveux en essayant de supprimer cet abominable buzz qui parasite votre son et votre vie par la même occasion ? La réponse à ce genre de question est souvent affirmative. Mais pourquoi est-il aussi compliqué d’alimenter des pédales d’effet ? Rassurez-vous, nul besoin d’avoir un doctorat en physique nucléaire pour comprendre la science des alimentations et résoudre de nombreux problèmes facilement.

Aujourd'hui notre guide a pour but de vous aider à comprendre, à distinguer et à choisir l’alimentation dont vous avez besoin pour donner vie à vos pédales sans vous retrouver noyé sous un océan de parasites sonores et autres buzz dont on se dispense facilement.

Qu’est-ce qu’une alimentation ?

Une pédale d’effet est un petit appareil électronique qui comme tout appareil électronique, a besoin d’être alimenté pour fonctionner. Votre ampli tout comme votre grille-pain ont besoin d’être branchés sur une prise électrique murale car ils consomment beaucoup d'électricité et c’est la façon la plus simple de subvenir à leurs besoins. Vos pédales sont moins gourmandes et se contentent souvent d’une pile ou d’un petit transformateur que vous branchez dans une prise de courant pour fonctionner.

Comme vous le savez certainement, les prises électriques murales délivrent une tension proche de 230V alternatifs (AC en anglais), un transformateur d’alimentation permet deux choses : redresser cette tension pour créer une tension d’alimentation continue et abaisser à 9V les 230V.

La plupart des pédales d’effet sont étudiées pour être alimentées par une tension de 9 volts continus (ou direct current en anglais, DC) cette tension est liée à l’utilisation des piles électriques dès le début de l’invention des effets pour guitare (on trouvait même à l’époque des pédales alimentées par des petites piles 1,5V) . Il existe également certains effets exotiques qui ont besoin d’alimentations de 12V, 18V ou encore 24V. Mais ne vous en faites pas, la plupart du temps vous croiserez des pédales qui doivent être alimentées en 9V et si ce n’est pas le cas il ne reste plus qu’à partir en chasse d’une alimentation adéquate.

Informations au dos d'une pédale

Regardez toujours ce qui est écrit sur votre pédale ou dans le manuel que vous trouverez en général sur le site du constructeur ou sur un obscur site ukrainien redirigé depuis un forum japonais.

Une information importante à ne pas laisser passer est inscrite : le courant nécessaire au bon fonctionnement de votre pédale chérie qui est exprimé en milliampères ou mA. Si votre pédale indique 9V-DC 30mA, n’en branchez pas dix (30mA x 10 = 300 mA) sur un transformateur 9V 50mA, il risque de chauffer, de se mettre en sécurité ou d’ajouter un bruit infernal à votre pedalboard.

Dernier point, certaines pédales utilisent une tension alternative pour être alimentées, il sera donc inscrit par exemple 18V-AC. Ne branchez pas une alimentation alternative dans une pédale qui nécessite du continu ou inversement, vous risquez de faire claquer votre pédale ou l’alimentation.

Ce que vous devez retenir :

  • La grande majorité des effets s’alimentent en 9V-DC. Utilisez une pile ou un transformateur.
  • La plupart des piles se déchargent toutes seules si vous laissez branché un jack dans l’entrée de votre pédale d’effet.
  • Si vous branchez une vraie guirlande de Noël de pédales sur un même transformateur, vérifiez que la consommation totale en mA ne va pas dépasser ce qu’est capable de délivrer votre transformateur.
  • Ne mélangez pas alimentations alternatives et continues. Si c’est écrit DC : c’est du continu, si c’est AC : c’est de l’alternatif.

Quel type d’alimentation choisir ?

La pile

Pile 9V avec le patron d'Electro-Harmonix

Une pile (merci monsieur Volta), même si c’est certainement la façon la plus compliquée d’alimenter sereinement ses pédales c’est aussi la seule façon de vous garantir un son 100 % exempt de parasites dus à une alimentation bruyante. C’est une solution envisageable pour des sessions d’enregistrement en studio.

Néanmoins, les piles coûtent cher, on oublie toujours d’en avoir de secours et lorsqu’on en oublie une dans une pédale pendant trop longtemps, elle coule et son contenu corrosif peut facilement détruire le circuit de votre effet préféré… Avec certaines pédales anciennes c’est la seule solution possible.

La guirlande

Guirlande ou daisy chain

La guirlande ou daisy chain est une solution pratique qui permet d’avoir un seul transformateur pour alimenter toutes vos pédales via une guirlande de connecteurs d’alimentation, fini les soucis de piles mortes et de dizaines de transformateurs à essayer de brancher sur une unique multiprise. Un sérieu problème peut malheureusement survenir avec cette solution, c’est celui du bruit.

Toutes vos pédales partagent une masse commune via la guirlande entraînant de compliqués « problèmes de boucles de masses » que nous laissons aux spécialistes en électronique mais qu’on reconnaît facilement à ce hum si caractéristique autour des 100 Hz. C’est un solution à réserver au petits pedalboard utilisant des effets ayant des besoins similaires en terme d’alimentation et peu gourmands en courant, plus vous « tirez » de mA et plus vous risquez de vous retrouver avec un son nimbé de parasites.

L’alimentation multiple

Une alimentation multiple isolée est un peu le Graal de tout guitariste amoureux de son pedalboard et c’est l’étape incontournable pour s’affranchir de la plupart des problèmes cités ci-dessus. Chaque sortie d’alimentation est isolée l’une de l’autre ce qui veut dire que vos pédales n’auront pas à partager leurs problèmes entre-elles.

Voodoo Lab Pedal Power 2 Plus

Ce genre d’alimentation se branche directement dans une prise secteur et délivre souvent différentes tensions en plus des 9V habituels. Les possibilités en terme de consommation (mA) sont souvent plus élevées également. On retrouve même parfois une ou deux prises offrant une tension d’alimentation alternative (AC). Que du bonheur en somme.

Pour choisir son alimentation multiple, le mieux est de lister ses effets, d’essayer de se projeter dans de futurs achats ou changements sur votre pedalboard et de lire les avis des autres utilisateurs, le seul moyen de tester une alimentation est de l’utiliser ou de la confier à un laboratoire d’électronique qui la passera sur banc d’essai avant de vous sortir les caractéristiques en terme de bruit résiduel accompagné d’une solide facture.

Pourquoi utiliser une alimentation multiple pour ses pédales ?

C’est vrai ça, pourquoi ajouter une pièce supplémentaire à votre arsenal alors que vous vous débrouillez très bien avec vos onze effets alimentés par pile. Voici quelques éléments de réponse :

Le docteur Frankenstein et son alimentation maison

  • Pour vous faciliter la vie. C’est en général au moment de votre concert le plus important que vous vous rendez compte que votre effet favori vient de rendre l’âme, enfin, c’est plutôt la pile qui est à incriminer.
  • Vous avez un pedalboard bien fourni et vos cinq multiprises ne suffisent plus pour accepter vos douze transformateurs d’alimentation.
  • Votre pedalboard produit tellement de bruits, de buzz et autres pétouilles que vous n’entendez même plus les autres membres de votre groupe vous menacer de mort. C’est certainement une pédale bruyante qui, alimentée par une daisy chain produit encore plus de bruit.
  • Vous avez des pédales qui demandent des alimentations différentes. Le monde ne tourne pas uniquement autour du 9V.

N’oubliez pas :

  • Faites le point sur vos besoins en terme d’alimentation.
  • Choisissez la meilleure solution.
  • Lisez un maximum d’avis d’utilisateurs.
  • Achetez et faites-vous votre propre idée car chaque configuration est unique.

Nous espérons que nos conseils vous aideront à y voir un peu plus clair dans le monde des alimentations et que la prochaine fois que vous brancherez votre pedalboard, vous penserez à cet article. Restez à l’écoute de Reverb, de nombreux articles sont en préparation.


comments powered by Disqus