Alan Branch revient sur les enregistrements de Jeff Beck et de Sinead O’Connor

Alan Branch a commencé sa carrière en tant que technicien sur magnétophone à bandes, travaillant dans de nombreux studios avant de devenir l’ingénieur en chef des studios Roundhouse à Londres. « J’ai travaillé sur toutes les sessions d’enregistrement qui s’y déroulaient, enchaînant parfois plus de vingt heures non-stop, pendant plusieurs années, je n’ai pas beaucoup vu la lumière du jour ! » se souvient Alan.

Il a ensuite choisi de se mettre à son compte, trouvant des sessions d’enregistrement sur lesquelles travailler grâce à des producteurs ou des maisons de disques.

« J’avais la chance de pouvoir travailler sur de nombreux projets différents, que ce soit des albums de reggae ou de dub avec Adrian Sherwood ou encore des albums de pop, de rock et de R&B. J’adore créer des albums, j’aime aider les artistes à obtenir le son qu’ils veulent. Qu’est-ce qui est mieux que de travailler avec un artiste talentueux sur de super morceaux ? »

Effectivement, Alan Branch a travaillé avec de grands artistes. De Andrea Corr à Depeche Mode en passant par Eric Clapton et Simply Red. Il a récemment travaillé sur des albums de Morrissey (We Rise), Damien Dempsey (Soulsun) et Tom Van Can (First Congress) mais aussi sur des bandes originales de films composées par Jim Williams.

Le débat

Pendant toutes ces années, Alan a utilisé et utilise toujours beaucoup de matériel vintage pour réaliser son travail. « Tout mon signal audio transite par des lampes et par un compresseur Chiswick Reach câblé à la main. C’est un appareil qui sonne incroyablement bien. J’utilise aussi des Neve 1073N et des Portico 5012 comme préamplis micro pour les enregistrements, j’ai également une belle collection de pédales d’effet et de vieux synthétiseurs. »

« Un très bon ami à moi, John Reynolds possède un micro vintage, un Telefunken U 47 branché dans un préampli V76, j’aime utiliser cette paire très régulièrement, c’est vraiment du matériel vintage ! J’aimerai aussi beaucoup trouver une véritable console EMI TG 12345 d’origine. Mais trouver l’argent pour me l’offrir, c’est encore autre chose ! »

Alan utilise également des plugins comme Waves, Sound Toys ou UAD pour émuler du matériel vintage. « J’enregistre parfois des guitares directement à l’aide de plugins comme Scripter. » ajoute Alan.

« J’ai récemment enregistré Brian Eno, il m’a montré comment il utilisait Scripter et du JavaScript pour obtenir des sons incroyable grâce à des plugins MeldaProduction. »

Enregistrer Jeff Beck

Alan a de l’expérience dans le domaine de l’enregistrement, alors quel sont ses conseil pour obtenir un son de guitare parfait ?

« Un bon son de guitare vient d’une bonne guitare branchée dans un bon ampli le tout joué par un bon musicien. Jeff Beck utilisait son ampli Marshall JTM Plexi ou sa tête DSL100 avec un baffle 4 x 12, un petit Fender Pro Junior monté en 1 x 10 ou un Fender Vibro-King avec trois haut-parleurs de 10 pouces. Le tout était repris avec un Shure SM57 et un micro à large membrane Neumann TLM 49. »

« Au niveau des pédales d’effet, il utilisait une Klon Centaur Professional Overdrive et une Snarling Dog branchée dans une reverb Lexicon Reflex. »

« Le son de Jeff provient surtout de son jeu unique. Il a un talent incroyable et maîtrise tout de A à Z, que ce soit le bras de son tremolo, son volume et son utilisation du médiator. Il arrive continuellement à sortir de nouveaux sons que vous n’avez jamais entendus ailleurs. C’est incroyable à voir. »

Même pour ceux qui comme nous n’ont pas pu assister à l’enregistrement de Jeff Beck, Alan a de nombreux conseils à donner.

« Ce n’est pas si difficile que ça d’enregistrer une bonne guitare, le plus important c’est la source sonore, utilisez un jeu de cordes neuves. Vous serez surpris de vous rendre compte à quel point le son des cordes neuves peut vite disparaître même après seulement une journée de jeu. Il faut ensuite un bon accordage et un bon choix de micro. Utilisez vos oreilles et n’hésitez pas à arrêter le musicien si son accordage vous semble bizarre. Ne vous dites jamais que vous pourrez corriger ça plus tard. »

« Il est parfois difficile de trouver le bon son immédiatement, c’est quelque chose qui prend du temps. Si c’est une guitare électrique, il faut expérimenter avec les réglages de l’ampli pour trouver LE son. »

Capturer l’essence même du son

Alan conseil également un set de micro assez similaire à ce qu’il a utilisé pour enregistrer Beck.

« En plus d’un micro à large membrane, le Shure SM 57 permet de créer une excellente combinaison. Placez le 57 proche de l’ampli et centrez-le avec le milieu du haut-parleur pour obtenir un son brillant, déplacez-le plus vers le bord pour un son plus sourd. »

« La distance entre votre micro et l’ampli à enregistrer dépend de la taille de la pièce dans laquelle vous enregistrez. Commencez par placer votre micro à 50 cm et écoutez. Gardez à l’esprit que la distance entre deux micros peut créer des problèmes de phase et résulter dans une atténuation de certaines fréquences. Si vous manquez de basses ou d’aigus, pensez à déplacer vos micros. »

Pour le traitement du signal, Alan utilise un savant mélange d'appareils anciens et nouveaux.

« J’adore utiliser ma Neve 1073 pour l’égalisation, j’aime aussi utiliser des choses comme le Pultec PE1A et les EQ API de la série 500. Certaines émulations d’UAD sont parfaites pour travailler le son de guitare. Au niveau de la compression, tout dépend du résultat attendu et de la vitesse de jeu. J’aime utiliser un bon vieux limiteur à lampes Fairchild 1176. »

« Utiliser un EQ avant ou après la compression permet également d’obtenir des résultats différents. Pour un son plus doux, essayez de placer votre EQ avant votre compresseur. J’aime beaucoup utiliser un plugin de d’écho à bande EP34 Tape Delay sur les guitares, c’est d’ailleurs ce que j’ai utilisé sur l’album Echo Dek de Primal Scream. Un de mes préampli préféré pour la guitare est celui fabriqué par Audio Kitchen, le The Big Tree. »

Les conseils d’Alan Branch pour enregistrer les voix

Après avoir travaillé avec les plus grands chanteurs comme Sinead O’Connor, Alan Branch connaît deux ou trois trucs pour enregistrer une bonne voix.

« Le plus important est de gagner la confiance du chanteur et de le mettre en confiance, la voix n’est pas quelque chose que l’on peut accorder ou régler. »

« Pour installer une bonne ambiance de travail, rien de tel que d’avoir déjà tout préparé en amont, réglage des micros, du casque, température de la pièce, lumière, ambiance, eau, pupitre… »

« Mettre le chanteur à l’aise est la clef qui lui permettra de mettre toute son âme dans l’enregistrement des paroles. Une régie pleine de monde qui scrute l’enregistrement du chanteur est une très mauvaise idée, il doit rester concentré. »

« J’aime enregistrer la voix avec un micro très proche. Avec le bon type de micro, la voix sonnera claire et chaude à la fois. »

« Profitez de chaque instant qui vous est offert. J’aime tout simplement mon travail. Il n’existe rien de mieux que d’enregistrer un excellent album. »

« Pour commencer, préparez trois micros différents, vous pourrez ensuite choisir celui qui convient le mieux. Un bon micro à large membrane et un préampli micro en classe A sont vraiment indispensables. Mais encore une fois, c’est le chanteur et sa voix qui dictent le choix et pas l’inverse. »

D’après Alan Branch, ces techniques ont parfaitement fonctionné avec Sinead O’Conner

« Sinead fut l’une des chanteuses les plus incroyable que j’ai eu à enregistrer, elle chante avec tant de passion, c’est vraiment génial de travailler avec elle. Nous avons utilisé un préampli Focusrite ISA430 d’origine. Nous n’avons pas ajouté de compression, elle n’aimait pas entendre ce genre de chose sur sa voix. J’ai utilisé un micro à lampe Neumann U 47 et un Sony C800 pour obtenir un maximum de chaleur et de détail. Elle enregistrait sans reverb mais avec un délai très faible, elle aimait beaucoup le son dub. »

Alan nous livre ses derniers conseils pour tous ceux qui veulent réussir dans la musique.

« Faire de la musique pour en vivre est certainement l’un des boulots les plus difficiles qu’il soit, mais si vous travaillez dur et que vous réussissez à avoir un peu de chance, tous vos efforts peuvent être récompensés. Posséder un album sur lequel vous avez travaillé est quelque chose de fantastique, alors ne lâchez pas le morceau. Impossible de savoir si votre téléphone va sonner ou si une porte va s’ouvrir sur un futur incroyable pour vous. »

« Profitez de chaque instant qui vous est offert. J’aime tout simplement mon travail. Il n’existe rien de mieux que d’enregistrer un excellent album. »

ARTICLE EN LIEN



Appareils analogiques de studio en grand format Acheter maintenant

comments powered by Disqus