Le guide technique : la vie secrète des lampes de préampli

Pour poursuivre cette série de notre Guide Technique nous allons parler aujourd’hui des lampes de préamplification qui peuplent nos amplis.

Nous allons voir quels sont les types de lampes que vous risquez de croiser la plupart du temps, quelles sont leurs caractéristiques et comment les exploiter à votre avantage.

Si vous avez besoin d’une rapide remise à niveau sur les lampes : n'hésitez pas à consulter notre article « Une lampe c’est quoi au fait ? ».

Première de cordée

Deux tubes de préampli au format octal

La lampe préamplificatrice est certainement le modèle le plus simple à reconnaître, elle est souvent de petite taille comparée aux autres modèles qui équipent votre ampli.

La plupart des amplis que nous utilisons maintenant sont équipés de modèles de lampes dites « noval » : elles possèdent neuf broches de connection. Les modèles plus anciens de lampes de préamplification sont eux équipés de huit broches, on parle alors du modèle « octal ».

La lampe de préamplification permet, comme son nom l’indique, de préamplifier le signal sortant de votre guitare afin qu'il ait l’amplitude nécessaire pour être à son tour amplifié par les lampes de puissance. Elle a donc un rôle très important dans le résultat sonore final.

Double triode et pentode

Dans le domaine des amplis guitare on croise dans 99 % des cas deux modèles de lampes : la double triode et la pentode.

Pentode EF86

La double triode abrite en fait deux lampes sous la même enveloppe de verre. Vous l’aviez deviné : ce sont deux « triodes ». Une triode comme le laisse suggérer son nom est composée de trois éléments ou électrodes : une anode, une cathode et une grille. La pentode est elle composée de cinq éléments : une anode, une cathode et trois grilles. Un filament complète les deux types de lampes et permet de faire fonctionner ces dernières en chauffant leur cathode.

Les lampes de type pentode, comme la EF86 qui équipent surtout les amplis Vox, sont connues pour offrir un son très caractéristique plutôt épais et puissant répondant de façon optimale aux sollicitations des pédales d’effet. Ce modèle de lampe n’offre pourtant pas le même type de distorsion qu’il est possible d’obtenir avec une triode.

Pour fonctionner la pentode utilise un circuit totalement différent de celui de la double triode, impossible donc d’interchanger les deux modèles de lampes même si ils partagent le même nombre de broches.

Le gain et le modèle

Pour faire simple : plus le gain d’une lampe est élevé plus le signal qui lui est appliqué sera amplifié en sortie.

Chaque type de lampe a un gain différent. La pentode a un gain plus élevé que la triode en raison de son mode de fonctionnement. Au sein d’une même famille comme celle des triodes beaucoup de modèles différents possédant des gains définis existent.

Voici les types de doubles triodes que l’on croise le plus souvent dans nos amplis :

12AX7 / ECC83 / 7025 - gain : 100

C’est le modèle de double triode le plus connu, on le retrouve dans la plupart des amplis. Ce type de lampe possède le gain le plus élevé de la famille des doubles triodes. On retrouve également ce modèle sous sa dénomination européenne : ECC83 ou sa version américaine de qualité supérieure pensée pour l’audio la 7025.

12AT7 / ECC81 - gain : 60

Ce tube a en général un rôle de déphaseur ou de driver de reverb à ressorts. Il possède un gain plus bas que la 12AX7 mais nécessite un circuit légèrement différent pour fonctionner de façon optimale.

12AY7 / 6072 - gain : 40

Ce modèle est de plus en plus rare dans nos amplis, on le retrouve essentiellement dans les amplis anciens comme la série des Fender Bassman 5E6-A ou Deluxe 5E3.

La 6SL7 et la 6SN7 sont également des doubles triodes que l’on croise de plus en plus rarement. La 6SL7 équipe néanmoins les mythiques amplis Ampeg B-15.

Lampes de préampli noval

Trouver la combinaison gagnante

Comme vous l’avez certainement compris il est possible de jouer sur le gain en utilisant différents modèles. En fait les lampes de préamplification sont même facilement interchangeables et ne nécessitent pas de réglage de bias pour fonctionner correctement après un changement.

Un étage de préamplification d’ampli est composé d’une ou de plusieurs lampes préamplificatrices. En général on parle de V1, V2, V3… V1 reçoit la première le signal sortant de votre guitare elle est donc un élément clef du son de votre ampli.

Il est intéressant de tester des lampes de différentes marques chacune ayant un son différent, mais plus encore il est intéressant de jouer avec le gain en substituant une 12AX7 par une 12AY7 par exemple.

Faire baisser le gain dans l’étage de préamplification permet de conserver un signal de bonne qualité afin d’attaquer l’étage de puissance dans les meilleures conditions lorsque l’ampli est poussé dans ses derniers retranchements. La distorsion générée par les lampes de sortie offrira un son plus plein et plus puissant.

Un certain Stevie Ray Vaughan est connu pour utiliser cette technique sur ses amplis : il utilise des doubles triodes 5751 (gain de 70) en lieu et place de ses 12AX7.

À l'opposé, il existe des 12AX7 possédant un gain supérieur à 100, il n'est pas difficile d'en trouver dans les productions de la fin des années 1980. Tournez-vous vers un vendeur ou un technicien pour connaître le gain d'une lampe après ou avant achat. Ce gain supplémentaire permet d'obtenir un son très agressif au niveau de l'étage de préamplification, cette combinaison est plutôt recommandée pour les amplis aux sonorités modernes.

Dans un prochain épisode nous parlerons plus en détails des lampes de sortie qu’utilisent nos amplis.


comments powered by Disqus